La recharge électrique : différences entre milieu rural et urbain

Dans un monde qui tend à l’électrification des véhicules, certains freins demeurent pour les conducteurs souhaitant passer du moteur thermique à l’électrique. La recharge en itinérance en est le principal. Une problématique que vous présente cet article, en analysant notamment les différences entre milieu rural et urbain à ce sujet.

Alors que les ventes de véhicules électriques explosent, le nombre de points de charge ouverts au public a, quant à lui, bien du mal à décoller. Certes les installations se multiplient sur le territoire français (60 040 fin avril 2022), mais nous sommes encore loin des 100 000 unités qu’avait annoncé le gouvernement pour la fin 2021.

Globalement, le nombre de véhicules électriques par points de charge semble similaire sur l’ensemble des régions. Il oscille entre 10 et 18 à une exception près, la Corse qui atteint les 33 VE/pdc. Évidemment, le nombre de points de recharge est largement supérieur dans les régions très urbanisées (Ile-de-France), puisque le nombre de VE y est beaucoup plus important. Cependant, lorsque l’on analyse les données au niveau des départements cette fois, on s’aperçoit que les chiffres sont plus inquiétants. En effet, si le Grand-Est affiche un nombre de VE/pdc de 16, ce nombre n’évoque rien de concret puisque dans cette même région, les départements d’Alsace qui ont un parc automobile électrique conséquent n’ont que très peu d’endroits ouverts au public pour se charger. On compte par exemple dans le Haut-Rhin près de 12 000 véhicules électrifiés pour à peine 400 points de charge.

Le déploiement de bornes est donc encore laborieux dans ces régions rurales et de ce fait, les ventes de véhicules électriques risquent fort d’y être ralenties.

La recharge freine encore certaines personnes à passer à la mobilité électrique. Pourtant, la question de la recharge n’est en réalité problématique qu’en itinérance, c’est-à-dire lors de longs trajets en dehors de sa zone de résidence. En effet, pour les trajets du quotidien, la recharge se fait principalement à la maison et l’autonomie du VE n’est alors plus un problème. C’est lors de ces trajets de longue durée que l’accès à la recharge est plus compliqué : la multitude d’opérateurs qui oblige à multiplier les abonnements, les tarifications complexes qui diffèrent sur un même point de charge, les bornes défaillantes et les véhicules ventouses qui rendent l’expérience assez pénible pour les utilisateurs.

Le maillage en milieu urbain est beaucoup plus resserré que celui en milieu rural. Les opérateurs de stationnement tel Indigo, Saemes ou encore Yespark, investissent de plus en plus afin d’équiper leurs places de parking en bornes de recharge, ce qui offre des solutions de recharge supplémentaires en faveur de la transition énergétique. Dans les grandes villes, on peut donc facilement trouver une borne opérationnelle, mais cela n’assure en rien une tarification juste et transparente.

Le nombre encore trop élevé de VE/pdc (11 à Paris) demeure cependant problématique dans les grandes villes. Tous les conducteurs de VE n’ont pas forcément de bornes de recharge privées à domicile, ces derniers doivent donc se recharger sur les points de charge ouverts au public, eux-mêmes en nombre insuffisant. Certains utilisateurs n’ont pas d’autres choix que de se recharger la nuit.

A la campagne, le schéma est bien différent. Les conducteurs de VE disposent pour la grande majorité d’une borne privée ou d’une prise renforcée pour se charger à domicile. Pour les déplacements quotidiens, la recharge n’est donc pas un sujet et se fait à moindre coût. Néanmoins, pour les déplacements longue distance en campagne, les conducteurs doivent surmonter quelques difficultés comme on l’a vu précédemment. Bien que le nombre de véhicule électrique par point de charge soit équivalent à ce qu’on trouve dans les régions urbanisées, il est encore trop élevé par rapport au nombre de bornes de recharge et leur maillage est beaucoup plus aléatoire. Afin de resserrer le maillage, les collectivités et les acteurs de l’électromobilité s’organisent pour donner accès à la recharge aux conducteurs de VE en itinérance ainsi qu’à leurs résidents.

Les conducteurs de VE qui parcourent la France sont sujets à se recharger sur les points de charge ouverts au public ; ces derniers rencontrent de nombreux problèmes. Quand il s’agit de se recharger à la campagne, les avis sont plutôt négatifs : bornes défectueuses, impossibilité de se charger, mauvais emplacement, manque de maintenance sur les bornes, prix trop élevés… Selon l’AFIREV (Association Française pour l’Itinérance de la Recharge Électrique des Véhicules), 20% de points de charge en France ont été hors-service pendant au moins 7 jours. S’il n’y a pas d’autres bornes disponibles à plusieurs km à la ronde, qu’on ne dispose pas du bon badge pour s’authentifier et lancer la charge en question, la situation peut s’avérer délicate pour le conducteur.

La solution Delmonicos Inside répond parfaitement à la problématique de la recharge en itinérance. Permettant à n’importe quel utilisateur de se recharger sur n’importe quelle borne, avec une transparence tarifaire totale, et ce au prix fixé par l’aménageur, Delmonicos optimise l’expérience utilisateur et favorise la transition énergétique. Les déconvenues liées à l’authentification ou au prix de la recharge n’existent plus avec Delmonicos Inside.

 

Sources

Déploiement des bornes de recharge :

https://ufe-electricite.fr/watt-the-carte/deploiement-bornes-de-recharge-en-france/

Avis sur chargemap :

https://fr.chargemap.com/map