Voyage au centre d’une borne de recharge publique

Recharger son véhicule électrique sur une borne publique n’est pas une mince affaire. Si vous en avez déjà fait l’expérience, vous le savez bien. La borne fonctionne-t-elle ? Ai-je le bon abonnement ? Combien vais-je vraiment payer à la fin ? Bref, pour comprendre pourquoi nous en sommes à une telle complexité, il faut s’aventurer à l’intérieur de la borne ! Go !

 

Présentation des personnages

Commençons par vous présenter les différents acteurs qui interviennent dans le fonctionnement d’une borne. Pour vous expliquer les choses simplement, nous procéderons par comparaison avec les acteurs de la téléphonie mobile.

 

  • L’aménageur

    C’est le propriétaire du site où se trouvent les bornes de recharge en question. Il met cet espace à disposition d’un fabricant de bornes dont nous allons parler juste après. D’une certaine manière, c’est l’endroit où vous aller acheter votre téléphone mobile : la Fnac, Darty ou même une grande surface comme, Carrefour ou Cora.

 

  • Le fabricant de bornes

    Comme son nom l’indique c’est lui qui a conçu la borne de recharge, sa forme, ses composants, le logiciel qui est à l’intérieur… bref, l’appareil en lui-même ; à l’instar d’Apple ou de Samsung, identifiés comme des fabricants de téléphones portables.

 

  • Le Charge Point Operator (CPO)

    C’est l’exploitant de la borne. Il dispose pour cela d’une plateforme de supervision grâce à laquelle il peut communiquer avec la borne. Dans une certaine mesure, on pourrait comparer ce rôle à celui de l’entreprise qui développe le système d’exploitation logiciel dans votre téléphone.

 

Arrêtons-nous ici pour faire un point.

Parfois, aménageur, fabricant et CPO d’une borne de recharge sont une seule et même entreprise. C’est le cas de Tesla par exemple.

Reprenons notre comparaison : comme Tesla, Apple dispose à la fois de points de vente (les Apple Store), fabrique l’appareil (l’Iphone) et le logiciel (iOS) qui lui permet de fonctionner. A l’inverse, Samsung fabrique certes l’appareil, mais n’a pas de point de vente dédiés et délègue à Android (Google) la partie logicielle qui sera dans son téléphone.

Mais reprenons…

 

  • Le e-Mobility Service Provider (e-MSP)

    c’est le fournisseur d’abonnement qui vous permet d’accéder et d’utiliser une borne de recharge. Continuons à filer notre comparaison : c’est l’opérateur tel Orange, Free, SFR ou Bouygues, auprès de qui vous avez souscrit un abonnement.

 

Récapitulons :

Aménageur = Fnac / Darty / Apple Store etc

Fabricant= Apple / Samsung etc

CPO = iOS / Android

e-MSP = Orange / SFR / Free etc.

 

Les choses commencent à s’éclaircir non ?! Nous voici avec nos 4 acteurs dont le rôle est à présent bien établi. Sauf que… il nous reste un cinquième acteur présent dans les bornes de recharge et dont le rôle reste à éclaircir. Ce dernier, c’est l’agrégateur. Alors à quoi sert-il ? A qui va-t-on bien pouvoir le comparer ?

 

Il faut simplement imaginer que l’agrégateur vient se positionner entre le CPO (exploitant de borne de recharge) et le eMSP (fournisseurs de services de mobilité), autrement dit, entre l’entreprise qui gère le logiciel de la borne et celle qui a conçu les abonnements. Pas de panique je vous explique.

 

Ich bin the traducteur !

 

Si CPO et eMSP développent bien leurs produits selon des protocoles communs, l’OCPP (Open Charge Point Control), l’OCPI (Open Charge Point Interface), chacun peut se situer sur un réseau différent. De cette situation résulte une incompatibilité et des problèmes de communication entre les deux réseaux.

Votre abonnement Bouygues, par exemple, ne vous permet pas d’émettre d’appels vers des opérateurs internationaux comme AT&T, ou T-Mobile et vice et versa. Tout simplement car les réseaux ne sont pas connectés. Il faudrait créer une passerelle entre les deux…

 

C’est à ce moment que notre agrégateur entre en scène. Il va jouer le rôle de facilitateur en créant l’interconnexion entre des réseaux différents, mais qui fonctionnent sur le même protocole. Ainsi, CPO et eMSP pourront communiquer et finalement l’utilisateur pourra utiliser la borne en itinérance, même si son abonnement utilise un réseau différent de celui du CPO. En terme technique, on dit que l’agrégateur réalise l’interopérabilité.

 

 

Vous reprendrez bien un peu de technique !

Pour cela, notre agrégateur crée une Connect Place où opérateurs et fournisseurs de services peuvent se mettre d’accord sur des contrats d’interopérabilité et d’itinérance pour communiquer.

Cette Connect Place est évidemment virtuelle, c’est un logiciel qui agit comme un intermédiaire, un traducteur en somme. Nos CPO et nos e-MSP peuvent alors se « brancher » l’un sur l’autre et communiquer. Autrement dit, ils sont compatibles et l’utilisateur qui a un abonnement X peut utiliser la borne qui est sur un réseau Y.

 

Ajoutons également que l’agrégateur s’occupe également de gérer les comptes-rendus de charge qu’il communique aux différents acteurs CPO et eMSP et peut également éditer et traiter les éléments de facturation.

 

 

Il est temps de conclure !

 

Si l’agrégateur permet de créer une interconnexion entre CPO et e-MSP, son intervention n’est pas gratuite et génère des coûts supplémentaires pour le conducteur de VE, et peut rendre moins attractive les bornes de l’aménageur. Ce n’est donc pas encore la panacée pour l’utilisateur des bornes de recharge publiques. En outre, des problèmes liés au manque de connexion demeurent, obligeant les utilisateurs à multiplier les abonnements.

 

En équipant les bornes avec Delmonicos Inside :

  • l’accès aux bornes est universalisé : plus besoin de multiplier les abonnements, vous êtes sûr de pouvoir recharger. C’est ce qu’on appelle le « plug & charge ».
  • la surfacturation engendrée par la multitude d’acteurs présents « derrière » la borne de recharge est évitée. La transparence tarifaire est totale.

 

Autrement dit, nous créons un réseau universel avec une gouvernance décentralisée en engageant tous les acteurs de l’écosystème via la Blockchain.

Delmonicos apporte ainsi une plus-value à l’aménageur de la borne, qui voit son service plus simple d’accès pour le conducteur de véhicule électrique. Ce dernier paye seulement le prix affiché et optimise donc ses déplacements et leur rentabilité.